Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 décembre 2017 6 16 /12 /décembre /2017 13:02
70e ANNIVERSAIRE DE FO
70e ANNIVERSAIRE DE FO

Issue d'une scission de la CGT le 19 décembre 1947, Force Ouvrière, dont le secrétaire général Jean-Claude Mailly passera la main en avril, est présente depuis 70 ans dans le paysage syndical français.
Rappel des grandes dates de la troisième confédération syndicale en France derrière la CGT et la CFDT.

 

 

 

- 1947: scission de la CGT -

Léon Jouhaux et les membres de l'hebdomadaire "Force Ouvrière" dénoncent l'emprise politique du PCF sur la CGT. Ils claquent la porte de la confédération le 19 décembre 1947 et fondent, avec l'aide financière du syndicat américain AFL-CIO, la CGT-FO (Confédération générale du Travail-Force Ouvrière).

 

- 1948: congrès fondateur -

Le congrès fondateur qui se déroule les 12 et 13 avril 1948 au palais de la Mutualité à Paris, marque la naissance officielle de la CGT-FO. Léon Jouhaux est élu président. Robert Bothereau en devient le secrétaire général.

 

- 1963/89: l'ère Bergeron -

Après avoir mené en 1958 la délégation de FO aux négociations pour la création de l'Unédic, André Bergeron devient le secrétaire général de FO en novembre 1963, poste qu'il occupera jusqu'en février 1989, mettant en avant une ligne marquée par le soucis d'indépendance.

Le refus de toute collusion avec les partis politiques et l'indépendance de toute idéologie ou pouvoir religieux attirent des sympathisants de tous horizons. Le credo des dirigeants de FO est alors la politique de la négociation contractuelle.

 

- 1989/2004: la période Blondel -

L'arrivée de Marc Blondel, à la tête de FO en février 1989, infléchit cette tradition contractuelle. La confédération refuse par exemple de signer un accord sur l'Unédic en 1992. 

En octobre 1994 à l'occasion d'une manifestation pour les salariés du public, Marc Blondel et le patron de la CGT Louis Viannet défilent côte à côte, une première depuis la scission de 1947.

Le syndicat devient à l'automne 1995 avec la CGT, l'un des fers de lance de l'opposition au plan Juppé sur la sécurité sociale. Au printemps 2003, FO figure comme le principal opposant à la réforme Fillon sur les retraites.

Mais cette stratégie d'opposition ne semble pas payer: aux élections prud'homales de décembre 2003, FO enregistre un net recul et passe sous la barre des 20% des voix à 18,3%.

 

- 2004/17: les années Mailly -

Jean-Claude Mailly arrive à la tête de FO en février 2004.

Moins hâbleur et plus affable que son prédécesseur et mentor Marc Blondel, Jean-Claude Mailly "a su pacifier et rassembler FO après le départ de Marc Blondel qui avait crispé l'organisation" observait en 2015 le directeur de l'Institut supérieur du travail Bernard Vivier.

Très sollicité par les médias, Mailly contribue à redresser l'image du syndicat mais sans vraiment parvenir à contrer l'effritement des scores de la confédération aux différentes élections professionnelles même si elle demeure la troisième force syndicale de France.

Très critique en 2016 face à la loi travail du gouvernement socialiste de Manuel Valls, FO a semblé tergiverser en 2017 sur la réforme du code du travail voulue par Emmanuel Macron, hésitation qui a engendré de fortes dissensions au sein du syndicat.

 

Lors du prochain congrès de la centrale, en avril, Jean-Claude Mailly devrait céder la place à Pascal Pavageau, seul candidat déclaré à sa succession.

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

SYNDICAT HÔTELLERIE RESTAURATION DU RHÔNE

              

LIBRES ET INDEPENDANTS

222 ©EricBernard - Copie
ILS SONT SYNDIQUES  A  FORCE OUVRIERE

BULLETIN D'ADHESION

BULLETIN D'ADHESION :

http://sd-2.archive-host.com/membres/up/184742637351834643/Bulletin_adhesion_HCR_.doc

A télécharger et renvoyer à :
Syndicat FO des HCR du Rhône
214 avenue Félix Faure
69003  LYON

JURIDIQUE

TAUX HORAIRE MINIMUM CONVENTIONNEL  

9.86    depuis le 01/01/2018 


VALEUR DU REPAS        3.65 €
       A dater du 01/01/2020
 
TAUX HORAIRE SMIC  10.15 €

          A dater du 01/01/2020       

LE SITE DÉDIÉ AUX SALARIES DES HCR :

HOMMAGE A LEON JOUHAUX

  1879-1954 
 

  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.