Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 octobre 2021 4 21 /10 /octobre /2021 11:22
VIOLENCE ET HARCÈLEMENT

Brimades, harcèlement, et même, violence physique. Dans les cuisines, coulisses souvent discrètes des restaurants, se trament parfois des scénarios terribles. Victimes et témoins de ces comportements “indignes de la profession” commencent à parler pour briser le silence. 

 

Tout commence en avril 2014, quand un site d’information et de critique gastronomique ( Atabula.com) révèle l’histoire d’un apprenti brûlé volontairement et à plusieurs reprises, sur les bras, par l’un des autres membres de sa brigade. Cela se passe dans un très grand établissement parisien. Le coupable est licencié. Mais plusieurs mois plus tard, l’apprenti n’a toujours pas porté plainte. Honte, peur, culpabilité… 

 

Le premier moyen d’aider les victimes, c’est de briser le tabou. De leur montrer qu’elles ne sont pas seules.

Que d’autres vivent, ou ont vécu, ce que raconte par exemple Elodie (source : Fooding.com), victime de harcèlement sexuel dans un bistro à la mode. « Le chef avait un faible pour moi. Ça a commencé avec des mots doux. Puis la relation s’est dégradée. Il me disait que mon « cul » lui appartenait… Il ouvrait le vestiaire quand je m’y changeais… […] Pendant sept mois, l’humiliation a été quotidienne : insultes, four éteint volontairement pour ensuite m’accuser, plaque brûlante mise sous le nez, etc. J’ai voulu résister, je me suis crue plus forte que ça. A tort. » Elodie finit par craquer, fort. Elle vomit pendant trois jours, sans raison. Le médecin l’arrête trois mois. « Aujourd’hui, je me sens incapable de retourner dans une brigade ; rien que de l’imaginer j’ai des angoisses. »

 

Non, cette violence, ordinaire ou pas, ne fait pas “partie du métier”. Non, ce n’est pas un “rite initiatique”. Non, le “bizutage obligatoire” n’existe pas. Et pour qu’ils cessent de sévir en toute impunité, les responsables doivent être sanctionnés.

 

Anne Laure Vaineau

 

Rappel

 Le harcèlement sexuel ou moral constitue un délit puni par un emprisonnement de 2 ans et 30 000 euros d'amende.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

SYNDICAT HÔTELLERIE RESTAURATION DU RHÔNE

              

LIBRES ET INDEPENDANTS

222 ©EricBernard - Copie
ILS SONT SYNDIQUES  A  FORCE OUVRIERE

BULLETIN D'ADHESION

BULLETIN D'ADHESION :

http://sd-2.archive-host.com/membres/up/184742637351834643/Bulletin_adhesion_HCR_.doc

A télécharger et renvoyer à :
Syndicat FO des HCR du Rhône
214 avenue Félix Faure
69003  LYON

JURIDIQUE

TAUX HORAIRE MINIMUM CONVENTIONNEL  

9.86    depuis le 01/01/2018 


VALEUR DU REPAS        3.73 €
       A dater du 01/10/2021
 
TAUX HORAIRE SMIC  10.48 €

          A dater du 01/10/2021       

LE SITE DÉDIÉ AUX SALARIES DES HCR :

HOMMAGE A LEON JOUHAUX

  1879-1954 
 

  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.