Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 18:02

     

 

La 2 ème loi de Finances rectificative vient de paraître au Journal Officiel.

Elle abroge la loi «TEPA» qui accordait jusqu’alors des avantages fiscaux et sociaux sur les heures supplémentaires et complémentaires. A la suppression de l’article L 241-17 du code de la Sécurité sociale à partir du 1 er septembre s’ajoute celle de l’exonération d’impôt sur le revenu des rémunérations  liées aux heures supplémentaires et complémentaires effectuées depuis le 1 er août 2012. 

Dans une branche professionnelle où le temps de travail conventionnel est de 39 heures par semaine, quatre heures par semaine sont automatiquement comptabilisées comme des heures supplémentaires. Le manque à gagner sera au minimum de 40 euros par mois pour un salarié touchant le SMIC. A cette perte significative du pouvoir d’achat s’ajoute la fin d’exonération d’impôts sur le revenu. Un salarié gagnant le SMIC aura 2150 euros à déclarer en plus par an.

D’autre part, le taux de TVA réduit de 7% dont bénéficie la branche des HCR est de nouveau menacé, le gouvernement étudiant à l’heure actuelle l’opportunité de l’augmenter. Or, la prime TVA qui accorde jusqu’à 500 euros par an à tous les salariés, saisonniers compris, est conditionnée à ce taux réduit. Si celui-ci est remis en cause, la prime TVA disparaîtra.

La semaine prochaine, FO rencontre le député PS Thomas Thevenoud chargé d’auditionner les organisations syndicales sur les effets du contrat d’avenir. A cette occasion, FO fera valoir ses arguments en faveur de la défense du pouvoir d’acha de tous les salariés. Dans une branche où les métiers exercés sont peu attractifs (horaires contraignants, bas salaires), les abrogations effectuées ou pouvant l’être risquent de porter un coup intolérable au pouvoir d’achat des 800 000 salariés des HCR (l’équivalent d’un mois de salaire en moins pour un salarié touchant le SMIC).

FO entend donc défendre leurs intérêts et demande à ce que le gouvernement reconnaisse le caractère particulier des HCR en accordant à la branche une dérogation aux nouvelles mesures tout en préservant le taux de TVA réduit.

 

 

Denis RAGUET Secrétaire Fédéral FGTA-FO

Hôtels / Cafés / Restaurants

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by FO HCR Rhône
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de fohotellerie69.over-blog.net
  • Le blog de fohotellerie69.over-blog.net
  • : Syndicat FO des salariés du secteur HCR Lyon & Rhône
  • Contact

JURIDIQUE


TAUX HORAIRE MINIMUM CONVENTIONNEL  

9.77    à dater du 01/08/2016 


VALEUR DU REPAS      3.54 €
       A dater du 01/01/2017
 
TAUX HORAIRE SMIC   9.76 €

          A dater du 01/01/2017                  

LIBRES ET INDEPENDANTS

222 ©EricBernard - Copie
ILS SONT SYNDIQUES  A  FORCE OUVRIERE

BULLETIN D'ADHESION

BULLETIN D'ADHESION :

http://sd-2.archive-host.com/membres/up/184742637351834643/Bulletin_adhesion_HCR_.doc

A télécharger et renvoyer à :
Syndicat FO des HCR du Rhône
214 avenue Félix Faure
69003  LYON

POUR NOUS CONTACTER

Cliquez sur nous contacter

Expression Directe

BIENVENUE DANS LE MONDE DU TRAVAIL 

HOMMAGE A LEON JOUHAUX

  1879-1954 
 

  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.