Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 06:00

Marinette.

 

Selon la légende, la loi Godard votée le 19 juillet 1933 serait le fruit d'une rencontre entre le sénateur Justin Godard et Marinette femme de chambre à l’hôtel Meurice.

 

Marinette irritée de voir combien les clients de l’hôtel dépensaient pour une nuit par rapport à ce qu’elle gagnait à la fin du mois demande au sénateur Godard de mettre fin à cette situation.

 

Le sénateur Godard s’exécute et son premier projet loi devient après cinq années de discussions passionnées, la loi du 19 juillet 1933, dite loi Godard.


 

Aujourd'hui les organisations patronales du secteur HCR réfléchissent à un nouveau mode de rémunération pour les employés de salle.

Un mode de rémunération motivant afin d'améliorer l'acceuil et redonner le sourire aux salariés de la restauration.

 

Justin GODARD y a pensé, c'était il y a 82 ans.

 

 

Les salariés bénéficiaires du pourcentage service :  

La loi Godard reste silencieuse quant aux qualifications pouvant être rémunérées au pourcentage service. Elle se contente en effet d'indiquer qu'il s'agit des salariés "en contact avec la clientèle".
Elle laisse le soin aux partenaires sociaux et au gouvernement de déterminer la liste des ayants droit. Mais rares sont les conventions collectives qui contiennent ce type de dispositions. A Paris et en petite couronne ainsi que dans le Var, des décrets sont venus préciser les qualifications pouvant être rémunérées au pourcentage service. Ce sont :

     w Dans les hôtels :
- au service des étages, les valets de chambre, femmes de chambre.

- au service du hall, les concierges, chasseurs, bagagistes préposés à la consigne des bagages.

w Dans les restaurants, brasseries et autres établissements servant des repas, qu'ils fassent ou non partie d'un hôtel : les maîtres d'hôtel, chefs de rang, sommeliers et sommelières de salle, garçons et filles de salle, commis et commises en contact avec la clientèle

 

La loi Godard a été codifiée aux articles suivants du Code du travail :

Art. L 147 ­ 1    Art. L 147  2    Art. R 147 1    Art. R 147 2

 

_______________________________________________________ 

Partager cet article

Repost 0
Published by FO HCR Rhône
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de fohotellerie69.over-blog.net
  • Le blog de fohotellerie69.over-blog.net
  • : Syndicat FO des salariés du secteur HCR Lyon & Rhône
  • Contact

JURIDIQUE


TAUX HORAIRE MINIMUM CONVENTIONNEL  

9.77    à dater du 01/08/2016 


VALEUR DU REPAS      3.54 €
       A dater du 01/01/2017
 
TAUX HORAIRE SMIC   9.76 €

          A dater du 01/01/2017                  

LIBRES ET INDEPENDANTS

222 ©EricBernard - Copie
ILS SONT SYNDIQUES  A  FORCE OUVRIERE

BULLETIN D'ADHESION

BULLETIN D'ADHESION :

http://sd-2.archive-host.com/membres/up/184742637351834643/Bulletin_adhesion_HCR_.doc

A télécharger et renvoyer à :
Syndicat FO des HCR du Rhône
214 avenue Félix Faure
69003  LYON

POUR NOUS CONTACTER

Cliquez sur nous contacter

Expression Directe

BIENVENUE DANS LE MONDE DU TRAVAIL 

HOMMAGE A LEON JOUHAUX

  1879-1954 
 

  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.